Logo Dominique Clerc

Biographie



Dominique Clerc débute à Paris dans les années 80 comme assistant puis photographe de nature morte.


Mais le métier ne répond pas à tous ses rêves de jeunesse. Il quitte peu à peu le studio et c'est alors à pied ou en moto qu'il explore des territoires aux marges de la société. Banlieues, rivages ou plat pays..., paysages de l'intime autant que du territoire, les images aux cieux sombres de cette époque semblent faire écho à l'état dépressif du pays autant qu’au sien. En ce sens, "Bluesy..." fut une série fondatrice, subjective et vagabonde, elle fut aussi celle des premiers arrangements numériques. Fasciné dès le début par les potentialités du procédé, finalement assez proche du studio, il sentit qu'une nouvelle ère allait commencer et qu'il y participerait. La chambre fut rangée sans trop de regrets.


Sauf qu'avec le film disparaissait progressivement le métier. En se multipliant, l'image ne perdit pas son sens mais sa valeur. L'occasion pour lui de réfléchir aux problèmes de la modernité et de s'en emparer. En ajoutant le montage au centre de sa pratique il produisit et définit alors ce qu'il appelle une photo fictionnelle. Donner un corps pictural aux problèmes de son époque, distordre la réalité pour mieux la signifier. Un nouveau langage qui projette encore plus la photographie dans une réflexion sur son époque.

L’image n'en obéit pas moins à des règles formelles auxquelles il reste attaché. Lumière, cadrage, point de vue tout comme dans un usage classique. A la différence près que la post-production retarde le moment des choix et multiplie les possibilités. Comme en peinture, la vraie question est d'avoir à décider de tout et de savoir à quel moment le travail est terminé.


De la nature morte de ses débuts qui lui apprit patience et rigueur, l’auteur semble encore dans son studio à modeler la lumière et parfaire la mise en scène. Sauf qu’il n’y a plus de studio mais le même désir à se projeter d’autres mondes. De ce parcours déjà riche d’expériences nous retiendrons une photographie à la fois subjective, fictionnelle et picturale, ce qui en fait toute sa singularité.



3ème Prix Lens Art Photographic 2016



Expositions personnelles (sélection)



Mai 2016 : Coïncidences, Galerie Dock Sud, Sète

Novembre 2013 : Images de Marque, galerie Plateforme, Paris

Septembre 2013 : OEuvres Récentes Galerie Frédéric Storme Lille

Novembre 2011 : Mirages Urbains, Plateforme, Paris

Décembre 1995 : Sources d’Europe, la Grande Arche, Paris la Défense

Juin 1995 : European Commission, Washington D.C., U.S.A



Expositions Collectives (sélection)



Blurring the Lines, novembre 2016, Paris College of Art

Juin 2015 : Une journée de Coïncidences, Parcours urbain, galerie Plateforme, Paris

Avril 2015 : L’appartement, galerie Plateforme Paris

Septembre 2014 : Photo Dock Art Fair, Lyon, galerie Dock Sud, Sète

Juin 2014 : Une journée de Coïncidences, Parcours urbain, galerie Plateforme, Paris

Novembre 2013 : Norev-Over, galerie Plateforme, Paris

Juillet Aout 2013 : Norev Over, le Voyage à Nantes, la Cale 2 Créateurs

Mars 2013 : Norev-Over Pekin Festival Croisements 2013

Mars 2013 : Norev-Over exposition de prestige Lille Art Fair 2013

Octobre 2012 : Festival Photocollection, galerie le 29 Paris

Novembre 2010 : Donne Lieu à Présence, Mois Off de la photo

Juin 2010 : Cité Paysage, Arodie Damian, Paris

Novembre 2009 : In Wonderland, Galerie Kennory Kim, Paris

Aout 1996 : Festival du théâtre de rue, Aurillac

Aout 1996 : Festival interceltique de Lorient

Juillet 1996 : Festival d’Avignon, maison de l’Europe